Epilogue

— En fait, il semblerait que nous n’étions pas les cibles, expliqua Jessica. Ce genre d’attaques arrivent parfois, des cas d’esoterroriste en gros. Pas de chance pour eux, on leur a réglé leur compte. Du coup, mangez et amusez-vous sans modération, c’est au frais de l’armée ! Ça leur apprendra à nous filer des jeep au lieu de vrais blindés ! Santé !

Jessica leva son verre de champagne (ou d’un vin mousseux qui y ressemblait).

Elles étaient dans une suite, la plus chère de l’hôtel.

— Jessica… tu ne devrais pas dire des choses pareilles…, la réprimanda Hakoto en levant un verre de jus de fruit.

Sur la table, il y avait un véritable banquet.

— C’est Jess, que veux-tu, Hakoto-chan… ? Ah tiens, au fait, on a eu la nouvelle que Kei va bien. Elle va s’en tirer sans souci.

— Ouf ! Voilà une bonne nouvelle… enfin…, dit Shizuka soulagée.

— Faudra qu’on aille les voir quand on reviendra à la maison.

— Nous pourrions leur apporter quelques fleurs et des pâtisseries, proposa Vivienne.

— Ne leur offre pas les tiennes, en tout cas…, grommela tout bas Hakoto.

Vivienne lui répondit par un simple regard condescendant lui signifiant qu’elle l’avait entendue.

— On pourrait aussi déposer quelques fleurs sur la tombe de ce pauvre soldat, proposa Hakoto.

— Les obsèques auront lieu demain matin, Shizuka-chan et Gloria-chan ne pourront pas y aller, dit Jessica.

— J’y passerai à leur place, proposa Elin. On est chez toi ici, occupe-toi des formalités à l’hosto et je vais aller au cimetière.

— J’ai peur que tu te fasses refouler… En plus, tu porteras quoi comme vêtements ?

Elin baissa le regard pour lui signifier : « ça ».

Jessica ferma les yeux et retint sa colère.

— Pas question, tu n’y vas pas. Il faut au moins porter du noir à un enterrement.

— J’en ai un en noir si tu veux.

— Celui avec la blague sur les yeux ? demanda Irina.

— Yep.

— Il est trop fun celui-là. Haha !

Jessica se caressa les tempes, puis…

— NON ! Tu n’y vas pas. Sandy, si ça te dérange pas…

— Ouais ouais… j’connais le coin en plus.

Sandy leva les épaules et posa ses coudes sur le dossier de la chaise. Jessica ne l’avait pas proposé comme ça, bien sûr, c’était l’occasion pour Sandy de se recueillir sur les tombes de ses amis.

Hakoto allait se proposer, mais elle comprit l’intention de sa chef et se tût à la place.

— Il est mort par notre faute…, dit Shizuka tout bas en arrêtant de manger.

— Non, Shi-chan, c’est juste un mauvais coup du sort. Culpabilise pas, personne n’aurait pu le deviner et l’éviter… pas même moi.

Elin la fixa droit dans les yeux, Shizuka ne parvint pas longtemps à soutenir le regard.

— Même pas moi… ? Tu te prends pour Dieu ou quoi ? Eh oh ! Redescend sur Terre, Miss-S+, t’es juste une femme normale.

— Je sais Jess.

— Ah ? Eh bien tant mieux alors…

Jessica se tût un instant en observant le contenu de son verre. Puis, elle reprit la parole au sein des cliquetis des couverts dans les assiettes.

— Au fait, tant qu’on est là, je vous propose de faire un peu de tourisme. Demain, partons à Los Angeles et restons-y une bonne semaine. Je vous loge toutes à la maison.

Jessica accompagna sa proposition d’un clin d’œil.

— OUIIIIIIIII !!! cria Jessica. J’veux trop !! Elieli ? Dis oui ! S’il te plaît !!

L’entrain d’Irina surprit tout le monde, à commencer par Jessica qui y répondit par un sourire satisfait.

— Héhé ! Voilà une fille bien enthousiaste. Je t’ai dit que j’ai une piscine dans ma maison.

— OOOOOOOOHHHHHHHHH !!!

Hakoto et Sandy sourirent. La maison de Jessica n’était clairement pas une simple maison, elles la connaissaient bien.

— Nous ne sommes pas opposées à la proposition, dit Vivienne. Un peu de repos ne ferait pas de mal à Shizuka-san, de surcroît.

— Oneesama…

— Elin-san, s’il vous plaît, l’implora Hakoto. C’est une occasion en or de découvrir un peu des US Reborn.

Elin soupira et se massa les épaules à la manière d’un vieil homme.

— J’ai pas refusé que je sache. OK, puisque Jess paie, profitez plus qu’il n’en faut les filles. Faites honneur à notre agence.

— Eh oh ! C’est quoi ces encouragements ? Cela dit, c’est vrai, profitez autant qu’il vous plaira, cela ne me dérange pas.

— Ouais, surtout si elles profitent de toi, je suppose.

— TU… QU’EST-CE QUE TU RACONTES ?!!!

Jessica rougit, se leva et frappa la table de ses mains.

— Elin-san aura toujours le dernier mot on dirait…, marmonna Hakoto.

Shizuka, malgré sa tristesse, ne put s’empêcher de sourire :

— Oui… allons visiter Los Angeles. J’en ai toujours rêvé.

L’ambiance se détendit un peu. Toutes étaient inquiètes pour le moral de Shizuka.

Cette gentillesse innée en Shizuka était l’une des choses qui avait fait craquer Hakoto pour elle. Elle lui darda un regard emplit de tendresse et de nostalgie.

A présent que l’ambiance était plus détendue, pour se venger, Jessica dit en prenant un air hautain :

— J’ai un truc à vous montrer les filles. Accrochez-vous, c’est les photos de l’année… Que dis-je ? Du siècle !

Elle tira de son soutien-gorge une pochette de laquelle elle tira une vingtaine de photographies.

Elin était sur chacune d’elles. Mais ce n’était pas l’Elin habituelle, en simple pull, mais une Elin en robe rose avec quelques rubans et dentelles. Elle ressemblait véritablement à une poupée.

— Hahahahaha ! C’est quoi ça ?! J’t’reconnais pas Elieli !

— Cette transformation est impressionnante ! Nous avons grand mal à croire qu’il s’agisse de la même personne. Disposeriez-vous de preuves attestant vos clichés, Jessica-san ?

— C’est incroyable ! Pourquoi tu ne t’habilles pas toujours comme ça, Elin ? demanda Shizuka.

— Le changement est radical en tout cas, dit Hakoto.

— Who is it ? I don’t understand…

— On dirait vraiment une gamine avec ça, j’préfère la vraie…

La seule opinion différente des autres était celle de Sandy. Toutes la dévisagèrent comme si elle venait de dire quelque chose d’étrange et c’est ainsi que pendant une bonne heure on ne parlât plus que d’Elin et de l’incident de la robe.

En réalité, il s’agissait d’une manigance de Jessica qui avait caché ses vêtements alors qu’elle était allée se doucher avant d’aller faire leur rapport à leurs supérieurs. C’était à l’époque de l’armée, bien sûr.

Elle n’avait pas envie qu’une fois de plus Elin attire les regards hostiles de ces derniers, aussi elle avait utilisé cette triche. Privée de vêtements, elle avait accepté de porter cette robe, mais à peine rentrée, elle l’avait retirée pour remettre son pull.

***

Finalement, la fatigue de l’opération et le stress eurent rapidement raison des filles qui allèrent se coucher. seules Jessica et Elin demeuraient dans le salon de la suite.

Elles étaient passées à des occupations d’adultes : l’alcool.

Puisque dans la loi rebornienne, il fallait avoir 21 ans pour boire de l’alcool, mis à part Sandy, aucune des autres filles n’avait légalement le droit de ce faire. A Kibou, l’âge légal était de 20 ans, mais, dans les faits personne n’osait vérifier leur âge. Aux US Reborn, les affaires de magical wargirls qui abusaient de leurs statut étaient très souvent médiatisées et elles passaient même en justice.

Autre pays, autres mœurs.

Jessica avait fait monter quelques bouteilles de bière et d’autres alcools forts.

Elles avaient commencé à boire après le départ des filles. Jessica était assise élégamment dans un fauteuil, tandis qu’Elin imitait les sénateurs romains des péplums, elle était couchée sur le canapé.

Rompant le silence, Elin demanda :

— Tu voulais parler de quoi ?

Jessica n’avait rien dit, mais Elin la connaissait depuis très longtemps.

Jessica rougit un peu, peut-être à cause du verre de scotch qu’elle venait de finir d’une traite.

— Merci d’avoir compris, tout d’abord. Ça rend les choses plus faciles. Puis, je… je… je voulais m’excuser…

— Si c’est pour ce qui s’est passé là-bas, je m’en fous, c’est pas la peine.

— Mais… j’ai perdu mon sang-froid, je n’aurais pas dû pointer mon arme sur toit. Même si je n’avais pas l’intention de… de…

— Bah, je te le répète : je m’en fous. C’est bon, c’est bon.

— Arrête de tout prendre de manière aussi distante, tu es énervante !

Jessica prit la bouteille et se resservit un verre.

— Tu préférerais que je t’en veuille et que je décide de rentrer à Kibou ?

— Non ! C’est quoi ces menaces, demi-portion ? Mais, c’est juste que… quand tu agis comme ça… on dirait que je ne compte rien.

Elle prononça la fin de sa phrase d’une voix à peine audible tout en détournant le visage et en rougissant.

Elin n’était pas sûre d’avoir bien compris.

— T’es chiante quand tu dis ce genre de trucs. Nous sommes sœurs d’armes. Je vais pas me prendre la tête pour si peu. En plus, dans notre métier, tout peut arriver, tu le sais bien. Bon, sinon, viens-en au fait : ce n’est pas la seule chose que tu voulais dire, pas vrai ?

— J’ai pas mal de choses à dire, je ne sais même pas par quoi commencer…

Elin ne dit rien, elle l’observa en buvant une canette de bière. C’était une image perturbante, on aurait dit une collégienne qui avait fait le mur pour aller acheter de l’alcool. Nul doute que si un agent de police passaient dans le coin, il lui aurait demandé ses papiers d’identité.

— Tu as bien fait pour les Rainbow, mais… tu m’énerves, pourquoi tu fais toujours ça ?

— Faire quoi ?

— Prendre le mauvais rôle. Cela fait des années que j’ai compris. Au tout début, j’étais très déçue de toi, tu… j’ai honte de le dire, tu étais mon modèle. Tu ne t’en souviens peut-être pas, mais tu m’as sauvée la vie autrefois et j’ai voulu devenir une mahou senjo pour un jour être comme toi.

— Je m’en souviens. Je n’oublie pas les visages de ceux que je rencontre.

— Vraiment ?

Jessica était réellement surprise. C’était la première fois qu’elle abordait ce sujet, elle avait toujours pensé qu’Elin ne se souvenait pas d’elle. Elle s’était fourvoyée. Elle sourit ironiquement, comme pour se moquer d’elle-même.

— Je suis bête, puisqu’il s’agit de toi, c’était évident…

Elle avala une gorgée de ce liquide brunâtre qui lui brûla la gorge et réchauffa son estomac.

— Tu me surestimes un peu trop, Jess.

— Je ne pense pas. Tu ne fais jamais d’erreurs. Tu es l’espoir de nous toutes. Et tu as su éviter le piège d’être utilisée par les puissants. Tu l’as rapidement compris, n’est-ce pas ? Si tu n’étais pas devenue la bonne à rien que tu donnes l’impression d’être, tu aurais fait partie du jeu politique.

Elin et Jessica s’observèrent l’une l’autre. Jessica détourna le regard et sourit, puis fit tourner le liquide dans son verre ; il s’agissait d’un tic nerveux.

— J’avais raison. Mieux vaut tard que jamais, pas vrai ? J’en ai mis du temps à découvrir que tu jouais la rebelle pour ne pas te laisser utiliser, sans Sandy je pense que je n’aurais pas compris…

— Je te le répète tu me surestimes. Ça me gonfle vraiment toutes ces courbettes et ces ordres arbitraires, tu sais ?

Jessica se leva, s’assit sur le canapé à côté des pieds d’Elin, puis se penchant en avant pour rapprocher ses lèvres du visage de cette dernière.

— Menteuse. Hahaha !

— T’es déjà bourrée, Jess ?

— Et même si je l’étais ? N’ai-je pas raison, peut-être ? N’avons-nous pas encore vu avec cette mission l’estime des politiciens pour nous ? Nous avons été à leur service des décennies et ils nous envoient des boulets pareils ? Pourquoi ?

Sans réfléchir, Elin répondit. Elle connaissait la réponse :

— Ils ont envoyé les Rainbow par simple accord d’intérêts. En gros de la politique…

— Tu as vu comme Aby était gênée ? Les ordres venaient d’au-dessus.

— Possible…

Jessica, le visage rouge, autant pour l’ivresse que la gêne, recula et s’assit à l’autre extrémité du canapé.

— Je suis vraiment dégoûtée, peu importe le temps qui passe, ils se joueront toujours de nous. Le but était juste de t’amener à t’occuper de la Chèvre noire… Puis, ils n’ont même pas la reconnaissance de nous escorter correctement. Pas même un foutu tank. Tssss ! Ils savaient les risques du passage par Tijuana, c’est certain.

Elin ne disait plus rien. Elle finit sa canette et en ouvrit une seconde dans la foulée.

— Sincèrement, je ne sais pas comment tu fais pour être aussi calme tout le temps. J’ai vraiment envie de tout détruire par moment. Mais je ne t’envie pas finalement…

Le regard de Jessica devint plus triste alors qu’elle regarda la bouteille brune dans la pénombre du salon où elles avaient tamisé la lumière.

— Pourquoi ?

— Tu n’es qu’un objet… Tout comme nous toutes au final, mais toi plus encore. Et ma date d’expiration arrive bientôt à sa fin, je vais pouvoir décrocher avec tout ça.

— En tout sincérité, je ne t’envie pas non plus. Ce monde est ironique. Ce sont des jeunes filles qui doivent protéger les adultes. C’est ridicule.

Elin marqua une pause puis reprit :

— Lorsque je vois Shi-chan, je me demande parfois si ma vie aurait été différente si mes parents avaient été là.

— Oh ? La grande Elin se pose ce genre de questions aussi ? Je suis très étonnée…

— Je te l’ai dit : ton image de moi est fausse. Je réfléchis à toutes sortes de choses. Comme si je perdrais mes pouvoirs un jour. Serais-je capable de faire autre chose ? Et je me suis déjà demandé un tas de fois pourquoi j’ai un pouvoir si puissant et dangereux ?

— Et quels sont tes conclusions ?

— Le passé est le passé, nul ne peut le changer sans magie. Et si on le fait, les Cabots de l’Espace-Temps seront là à nous attendre. Du coup, on ne saura jamais vraiment. Chaque expérience construit notre moi présent, le moindre changement peut entraîner des modifications majeures. Mais s’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que je ne pourrais plus jamais redevenir celle que j’étais.

— Tu as vieilli entre temps.

— Et j’ai découvert la face cachée du monde. C’est un engagement sans retour, vivre dans un monde en paix me sera impossible. Sans but, sans pouvoirs, je deviendrais inutile. Comme tu le dis, je suis bel et bien un outil, une arme. J’ai passé trop de temps sur les champs de bataille pour savoir faire autre chose.

Elle marqua une pause et posa sa canette vide sur la table basse devant elle.

— Mais ton cas n’est pas aussi désespéré, Jess, j’en suis sûre.

— Qu’est-ce qui te le fait croire ? Je ressens pourtant la même chose que toi.

Elin fixa Jessica dans les yeux puis répondit :

— Tu sais t’occuper des gens, tu as des entreprises que tu gères, tu es née pour diriger. Que tu le crois ou non, je n’ai aucun intérêt pour ces choses. Si j’avais pu continuer à servir dans l’armée, je ne me serais jamais posée de questions et j’aurais continuer à combattre, tout simplement. A ta place, je pense que je serais terrorisée de perdre mes pouvoirs.

— Mais ça ne t’arrivera jamais, car tu es la Grande Elin, l’Athanor des flammes noires, celle qui désintègre les poulpes monstrueux et fait peur aux Puissants Anciens. Haha !

Le rire de Jessica était nerveux. Elin ne répondit pas, elle se mit à bâiller et à agiter ses jambes.

Jessica baissa le regard et confessa :

— Je pense qu’il me reste moins d’un an. Si je passais les tests de puissance actuellement, je pense que je ne serais tout au plus rang A+. Je le sens dans mon corps : chaque combat m’épuise terriblement, mes muscles me font mal, mon cœur bat trop vite, j’ai la tête en bouillie…

— Comme lorsque tu as affronté, Vrexuh ?

— Tu l’avais remarqué… évidemment…

— J’ai longtemps combattu avec toi, tu ne serais pas tombée en temps normal pour si peu. Tes attaques étaient plus ou moins comme avant mais tu te forçais, pas vrai ? Une blessure à la jambe, c’est bien peu de chose pour Calamity Jess.

Jessica se mit à rire une fois de plus, elle trouvait fou à quel point Elin semblait tout savoir. Elle arrivait à tromper des personnes haut placé mais elle n’arrivait pas à mentir à une « gamine ». Le monde était vraiment devenu une chose absurde, assurément.

— Et de ton côté ? Tu sens une chute de pouvoirs ? Même si tu ne vieillis pas et que tes pouvoirs sont toujours super puissants, rien ne dit qu’ils ne s’arrêteront pas d’un coup.

— En effet. Mais je vais te dire un truc : mes pouvoirs continuent de croître.

— Quoi? Encore ? Tu es sérieuse ?

— Ouais, je le suis. En fait, j’ai une théorie sur la question, tu veux l’écouter ?

— Évidemment !

Elin se redressa pour s’asseoir en tailleur.

— Ma théorie est simple : mon pouvoir me consume. Je ne parle pas au sens imagé, mes flammes dévorent ma vie et se renforcent de jour en jour. Je ne pense pas qu’un jour je perdrais mes pouvoirs, mais à la place je perdrais la vie. Lorsqu’elles n’auront plus rien d’autre à dévorer.

— C’est horrible ce que tu dis ! Tu te bases sur quoi pour dire ça ?

— Mes pouvoirs débordent sur ma forme normale.

Sur ces mots, Elin ouvrit la main et, sans se transformer, parvint à matérialiser une petite flamme noire au creux de sa paume.

Cette apparition provoqua plus de terreur que de surprise dans les yeux de Jessica. Elle se mordit la lèvre et détourna le regard.

— Ah je vois… On est vraiment mal barrée toutes les deux au final. Ce serait peut-être pas plus mal de crever sur le champ de bataille…

Des larmes étaient apparues dans ses yeux. Elle les essuya rapidement.

— Tu as sûrement raison, Jess. Bon, et sinon, c’est quoi le service que tu veux me demander ?

— Même ça, tu l’avais compris ?

— Pas difficile, tu n’aurais jamais accepté de travailler avec les US Reborn et encore moins de m’impliquer si tu n’avais pas une affaire importante à régler ici. Explique-moi tout…

Jessica chercha à reprendre son calme dans son verre et, après avoir humidifié, ses lèvres dit :

— Cela concerne mon entreprise…

SUITE AU TOME 6