Tome 2 – Chapitre 666

Halloween… 31 octobre…

Le concert n’avait pas encore commencé, mais il y avait déjà un fond musical d’attente. C’était de la musique que Yumeki ne reconnaissait pas, une espèce de metal ou de rock, il n’était pas très expert en matière musicale de toute manière.

D’après ce qui était écrit sur les affiches, Diabolic Waiter était un groupe de rock jouant des reprises de génériques d’anime et autres musiques de jeux vidéo. La thématique du groupe était les majordomes démoniaques.

D’après ce que lui avait expliqué Linka, le public risquait d’être majoritairement féminin, mais pas exclusivement.

En fait, puisqu’il s’agissait d’une soirée d’Halloween, la tendance tournait plus autour des célibataires à la recherche d’une âme sœur mais il n’y avait pas réellement de réglementation, c’était plus une tendance sociale.

Koharu leur avait expliqué la veille qu’elle avait enquêté et avait découvert que c’est au cours de ce concert que les démons comptaient jouer leur dernière carte. Elle savait, notamment, que les musiciens de ce groupe n’était pas des humains se faisant passer pour des démons mais des démons véritables venus de sa dimension.

Au vue du bénéfice magique généré par le sabotage d’Invoice of Destiny 18 — le FPS dont avait parlé Linka et qui était sorti le même jour que l’événement auxquels ils avaient assisté— et puisqu’il s’agissait de la nuit d’Halloween, un moment privilégié pour toutes les formes de magie spirituelles, moment où la barrière entre les mondes est au plus faible et la superstition la plus haute, c’était un plan d’action logique et attendu de leur part.

Selon Linka, s’ils parvenaient à déjouer leurs plans, ce serait leur dernière tentative avant un bon moment.

En effet, pour générer une telle quantité d’énergie, les démons avaient dû faire appel aux aliens qui se trouvaient déjà à Akihabara pour fournir suffisamment d’énergie néfaste à l’ouverture d’une brèche. Or, en échange, ils avaient dû négocier la carte de la Sorcière qui se trouvait en possession de Yumeki. Ce qui voulait dire que leur alliance était rompu ou allait l’être prochainement. Sans cette aide, les démons ne pourraient pas réessayer de sitôt.

Yumeki avait appris en discutant avec Koharu et Linka que de telles tentatives d’invasion avaient également eu lieu par le passé et avaient été à chaque fois déjouées. Ce qui avait toutefois changée la donne était la mondialisation : la facilité des échanges dans le monde entier leur avait permis d’engranger bien plus de magie. La culture du divertissement otaku, diffusée également hors du Japon, avait été une cible idéale pour les projets de Baluder.

Enfin, Koharu avait ajouté que ce dernier avait berné ses congénères princes et qu’il ne pourrait plus, en cas d’échec, cacher la vérité à ses rivaux. Le royaume de Nazery appartenait à un monde qui s’appelait les Royaumes Souterrains qui comme son nom l’indiquait était en sous-sol. Les royaumes humains se trouvaient dans les strates supérieures, les plus proches de la surface, tandis qu’au plus profond se trovuaeint les enfers dirigés par les princes démons. Des guerres incessantes avaient lieu entre humains et démons, mais aussi entre humains.

Et, de même, les démons étaient en affrontement constant entre eux. Les alliances étaient très rares, souvent impossibles en raison de leurs objectifs respectifs. S’ils avaient formé un bloc uni, les humains eussent perdu la guerre de longue date.

Au moindre échec d’un prince démon, les autres profitaient pour l’éliminer, reprendre ses terres et se partager son armée. Baluder s’était mis en risque par ce plan, s’il échouait à débarquer à Akihabara, il serait certainement éliminer par ses congénères.

Néanmoins, Baluder était un des princes les plus intelligent, un brillant stratège et un mage de la ruine et de la corruption. Son apparence générale était celle d’un ver de terre géant et il commandait de milliers de légions infernales.

***

Le trio était mélangé à la foule et attendait le début du concert ainsi que l’ouverture des portes-vitrés de la grande salle de spectacle de l’UDS.

Il était dix-neuf heures, la nuit était déjà tombée et le climat était plutôt frais. L’odeur de viande grillée d’un restaurant proche agressait les narines de la foule et leur faisait monter l’eau à la bouche.

Afin de coller à l’ambiance d’Halloween, Linka avait insisté pour qu’ils se déguisassent tous les trois. Aussi après délibération entre les deux filles et en conciliant le manque de motivation de Yumeki, elles avaient fini par l’habiller en vampire folklorique.

Il portait présentement une cape noire au col montant jusqu’aux oreilles, ainsi qu’une cravate rouge qui allait parfaitement sur son costume de travail (qu’il avait apporté vendredi soir en le quittant et en se ruant à Akihabara). On lui avait éclairci la peau avec une poudre blanche et on lui avait donné un faux dentier à longues canines.

Linka, pour sa part, avait opté pour un déguisement de sorcière : robe noire, maquillage sombre et chapeau pointu. Yumeki trouvait que ce style ne lui correspondait pas vraiment, elle était trop souriante et radieuse au naturel.

Et enfin, Koharu avait simplement utilisé ses pouvoirs pour invoquer son kimono noir avec un obi violet, le costume qu’elle appelait « Dark Hope Universe ».

Il avait eu beau trouvé injuste le fait que Koharu n’avait pas réellement eu besoin de se déguiser, il n’avait pas protesté ; d’autant qu’elles étaient deux femmes, elles auraient formés une alliance contre lui.

Linka bâilla en mettant sa main devant la bouche, elle était fatiguée de leur nuit blanche de jeu qu’elle leur avait imposée à tous les deux ; Koharu s’était même écroulée en plein jeu. Ils avaient finalement joué un FPS coopératif contre des zombies, le jeu dont la sortie avait été corrompue par les démons et aliens.

À leur réveil en après-midi, ils avaient manqué de temps pour faire autre chose que se préparer mais ils étaient arrivés à temps, finalement.

En pleine attente du début du concert, Yumeki souffla enfin un peu. Et soudain, il fut assailli par des pensées négatives et dépressives : si le prince démon Baluder parvenait à son but, ce serait la fin du quartier voire du monde.

Envisageant cet échec, il se mit à comprendre les sentiments de Koharu qui avait échoué jadis. Le poids des responsabilités et le remord l’avaient poussée à désirer son propre sacrifice.

Secouant soudain la tête, il se dit intérieurement :

— Il suffit de ne pas échouer ! On va y arriver, c’est sûr ! … ou presque…

Malgré sa tentative, le stress ne cessait de se renforcer et de l’accabler, il le sentait littéralement peser sur ses épaules. Mais lorsque les portes-vitrés s’ouvrirent et que la foule commença à s’infiltrer dans la salle de concert, il comprit :

— Elle l’a fait exprès. Linka nous a forcés à jouer toute la nuit et nous a fatigués pour que nous ne puissions avoir le temps de stresser. Tu es maligne !

Elle ne se battait pas mais elle collaborait toujours d’une manière ou d’une autre ; elle veillait sur elle par ses bons conseils et ses décisions mystérieuses. Yumeki ne put s’empêcher de tourner un regard amical vers elle tandis qu’ils suivaient la meute à l’intérieur ; elle répondit par un sourire interloqué puis lui prit la main.

Il voulait la refuser mais se demanda si l’idée derrière cet acte n’était pas d’éviter d’être séparés. Au même moment, de l’autre côté, Koharu fit de même.

— Les filles ! Vous allez me faire tuer si on vous voit faire ça en public !

Considérant le fiel que les otaku déversaient sur lui lorsqu’il était en leur compagnie, il ne pouvait qu’imaginer ce qu’ils diraient.

Leurs mains douces, fragiles et chaudes, contrastant avec la morsure hivernale du climat toujours plus froid, dissipèrent ces pensées.

Quelques instants après leur entrée, le concert débuta un peu à l’improviste. Les lumières s’allumèrent sur la scène et dévoilèrent les cinq membres du groupe, déjà prêts.

Le groupe était composé de deux guitaristes, d’un bassiste, d’un batteur et d’un claviériste, tous vêtus en majordomes dignes d’un shoujo manga. Ils avaient des traits démoniaques tels des cornes, des ailes ou des queues fourchues.

Halloween était un moment pratique pour les créatures surnaturelles, elles pouvaient se montrer sans attirer l’attention.

Le chanteur, qui était également guitariste, prit la parole :

— Bienvenue en enfer, mes ladies ! Êtes-vous prêtes à danser sur le rythme du diable ?

Des acclamations répondirent à sa question et aussitôt les premières notes s’élevèrent. Yumeki ne connaissait pas vraiment ce genre de musique et, à vrai dire, elle ne lui plaisait pas. Mais, peut-être, n’était-il pas très objectif, cette ambiance très féminine le poussait instinctivement à ne pas l’apprécier.

L’auditoire, au contraire, était fasciné. Il fallait dire que les musiciens du groupe étaient tous des beaux garçons ténébreux, Yumeki supposait que c’était un genre que les femmes raffolaient.

Une pointe de jalousie s’instilla en lui et il réalisa soudain ce que ressentaient les otaku du quartier lorsqu’ils le voyaient en compagnie de la charmante Linka. Intérieurement, il s’excusa auprès d’eux.

Les guitares électriques infernales hurlaient, la basse, toujours aussi discrète, grondait, la batterie projetait ses vibrations puissantes et dévastatrices et que le synthétiseur agrémentait l’ensemble de ses nombreuses ambiances. Cependant, Koharu inspectait les alentours. Elle avait retiré son bandeau et dévoilait son œil rouge capable de voir les flux de magie, un peu comme le pouvoir de Linka.

Cette dernière avait d’ailleurs tiré de son sac à main une demi-douzaine de tubes colorés identique à ceux que la foule agitait. Elle les proposa à ses deux compagnons afin qu’ils pussent participer mais ils les refusèrent ; ils n’étaient pas là pour s’amuser.

À leur opposé, Linka paraissait profiter du spectacle, elle hurlait, agitait les bâtons lumineux et chantonnait. Avait-elle oublié l’attaque imminente ? se demanda Yumeki.

Quelques dizaines de minutes après le début du concert, Koharu leur fit signe :

— La magie augmente ! Ils vont pas tarder à passer à l’action ! cria-t-elle afin d’être entendue.

— Laissez-moi faire ! Nous passons à l’offensive, tout de suite ! répondit-elle en criant à son tour.

Puis, elle ferma brièvement les yeux et lança les tubes lumineux dans les airs. Au lieu de retomber, ils se mirent à léviter, se déplacèrent aux bords de la salle et rapidement tournèrent tels une tornade :

— KEKKAI !! cria Linka

Aussitôt, le bruit disparut en même temps que le public. Une lueur multicolore enveloppa la salle de concert vide.

— Sary !

Yumeki n’attendit pas pour fusionner avec la carte de Sary qu’il avait préparé dans sa poche. C’était leur plan, plutôt brutal constata-t-il après coup.

D’ailleurs, sans attendre, Koharu tira un rayon laser écarlate sur le chanteur par le biais de son œil démoniaque. Le tir traversa la salle et vint s’écraser sur une barrière de protection apparue à l’orée de la scène de spectacle.

Yumeki chargea en portant un coup de pied sauté mais à son tour, il heurta la barrière qui le repoussa en arrière, au centre de la salle.

— Hahaha ! Amusons-nous, mes mignonnes ! dit le chanteur sans paraître surpris, avec un air hautain.

Il se mit à gratter les cordes de sa guitare, produisant un accord agressif qui se diffusa dans tout le kekkai.

Aussitôt, un cercle magique se dessina aux pieds de Yumeki qui bondit en se rapprochant de Linka, désireux de la protéger si besoin. Apparut en plein milieu de la salle, Linka déduisit :

— Ils ont commencé l’invocation…

C’était une mauvaise nouvelle, Yumeki aurait préféré que le groupe décidât de les affronter, puis seulement d’invoquer leur prince. Les multiples symboles étranges et complexes qui composaient le cercle magique luisaient plus que jamais.

Koharu bondit sur la barrière de protection de l’estrade et la harcela de coups, espérant la détruire puis s’en prendre au groupe.

— C’est trop tard… il arrive, dit Linka en tombant à genoux.

Son visage révélait une certaine douleur qu’elle parvenait mal à dissimuler. Yumeki ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait mais il n’avait guère le temps de se questionner.

Lorsque la barrière tomba sous les assauts répétés de la jeune princesse, plusieurs rayons magiques tirés par les membres du groupe se dirigèrent immédiatement sur Linka, l’origine du kekkai qui bloquait la venue de Baluder.

Yumeki s’interposa et absorba les projectiles magiques à l’aide de la capacité anti-magique de Sary ; une aura violacée l’enveloppa aussitôt.

— Koharu, je m’absente un instant ! Retiens-les !

Sur ces mots, il saisit Linka sous le bras et l’emporta hors de la salle de concert. Une fois à distance, il l’adossa à un mur extérieur, toujours dans la zone du kekkai, et lui demanda :

— Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tu as l’air de souffrir ?

— C’est à cause du kekkai… il empêche Baluder… de venir… mais il est en train de forcer…

Ses paroles étaient saccadées, elle prenait des inspirations profondes entre les morceaux de phrases. Sa souffrance était évidente.

— Tu as dit qu’il est trop tard, pourquoi le retenir alors ? Je m’occupe de lui, arrête de vouloir tout prendre sur toi !

— C’est ma faute… si tu es entraîné là-dedans… tu sais ?

— Arrête de dire n’importe quoi, idiote ! Tu m’as impliqué dans toutes tes histoires, certes, mais si j’avais vraiment voulu m’enfuir, je l’aurais fait depuis un moment !

C’était certainement la première fois que Linka l’entendait exprimer honnêtement ses sentiments à ce sujet. Malgré la douleur, elle esquissa un sourire :

— Par contre, ce que je ne veux pas, c’est te voir souffrir comme tu le fais actuellement. On est une équipe, Koharu se bat, je me bats aussi, arrête d’essayer de nous protéger alors que tu es celle qui en a le plus besoin !

— Mais… tu ne peux pas battre… un prince démon…

— Moi, non ! Mais Lily, la plus grande des sorcières, elle le peut !

Il tira de sa poche Lily qui croisait les bras :

<< Juste pour cette fois, alors. Ouvre une brèche et referme-là aussi longtemps que tu le pourras, on va s’en débarrasser rapidement, c’est promis. >>

Yumeki ne s’était pas concerté avec elle, en vrai il espérait sa coopération et que sa puissance était égale à sa réputation. Il n’avait aucune idée si son plan fonctionnerait.

Le fait de voir Lily accepter aussi facilement le rassura : elle se sentait capable de terrasser même un prince démon. D’un autre côté, son manque de contestation indiquait bien à quel point la situation était critique.

Linka afficha un sourire un peu forcé, puis acquiesça.

— Tu veux… isoler une partie seule… de son pouvoir ?

<< C’est l’idée. Je ne pense pas pouvoir battre l’entité intégrale, pas avec un réceptacle aussi médiocre. >>

— Tu m’insultes encore ?! s’écria Yumeki qui avait eu l’outrecuidance de penser qu’ils s’étaient enfin rapprochés.

Elle ne répondit pas, elle souffla par le nez et détourna le regard.

Il ne fallut pas longtemps pour que Linka mit le plan en application : au centre du cercle magique un trou se forma et, immédiatement, une odeur pestilentielle en jaillit, ainsi que des milliers d’insectes et de lombrics.

Puis, la tête d’une énorme créature commença à péniblement le traverser.

Lorsqu’il avait entendu la description de Baluder, Yumeki avait rigolé en l’imaginant un énorme ver de terre mais celui qui arriva des enfers méphitiques à cet instant-là n’en avait que l’allure générale.

Son corps chitineux à la couleur vert maladive était en réalité l’assemblage de milliards de lombrics. Des bubons suintants constellaient son épiderme et exagéraient encore plus cette impression de maladie qu’il dégageait. Il avait des dizaines d’yeux sur tout son corps ainsi que quatre mandibules capables de broyer un tank. Une vision cauchemardesque, loin des moqueries du jeune homme.

Le sol autour du cercle magique toujours actif commença à moisir : le carrelage blanc tomba en ruine, laissant place à une terre aride, boueuse, pleine d’asticots et de cendres.

Yumeki s’immobilisa face à cette vision d’horreur, l’aura de puissance qu’émanait Baluder était écrasante, bien au-delà de tout ce qu’il avait affronté jusqu’à présent. Ses jambes tremblaient et sa gorge devint sèche. Son corps réagissait instinctivement à une menace qu’il ne pouvait vaincre.

Linka ferma un œil et tendit sa main vers le prince démon, ce dernier poussa immédiatement un hurlement de rage terrible alors que le trou se referma à nouveau, le coinçant à moitié de chaque côté. Au niveau mystique, Baluder était piégé entre deux dimensions, seule une partie de son pouvoir s’était manifestée. De fait, Yumeki ne pouvait qu’imaginer ce que cela serait s’il passait entièrement le portail.

Baluder tourna son horrible figure en direction de Linka, cachée derrière un mur ; il la ressentait. Il poussa un cri strident et inhumain qui les obligea à se coucher les oreilles.

Était-ce un langage ou juste un cri de frustration ?

Quoi qu’il en fût, il déglutit et se força à arrêter la fusion avec Sary qu’il remit dans sa poche. À la place, il tendit devant lui la légendaire carte de la Sorcière Lily avec pour intention de fusionner avec elle. Elle était réputée pour ses capacités anti-démons, elle était leur dernier atout.

— Lily, je t’en prie, aide-nous ! Je t’en supplie ! Je sais que je ne suis pas ton contractant préféré et que je te répugne mais nous avons vraiment besoin de toi ! Si tu es aussi puissante que la légende le prétend, prête-moi tes pouvoirs et sauvons ensemble Akihabara et le monde !

Il s’inclina devant la carte pour appuyer sa demande exaltée.

<< C’est bon, c’est bon… J’ai déjà dit « oui » de toute façon. Par contre, je te préviens, ça ne durera que trois minutes. >>

— Merci infiniment ! Je m’en remets à ta puissance. Leviathiah, prête-moi ta puissance !

En effet, c’était son nom véritable, celui qui était apparut à l’arrière de la carte. C’était la première fois qu’il l’utilisait, au sein du groupe tous avaient pris l’habitude de l’appeler Lily et elle n’avait pas exigé un changement d’appellation.

La fusion débuta, il tomba à genoux alors qu’un éclair noir tomba sur lui. Une bulle de ténèbres se forma et l’enveloppa. Rapidement, elles se mirent à tournoyer pour former une tornade noire.

À cet instant, Yumeki sentit sa conscience s’étioler, il avait l’impression de s’endormir. Puis, il finit par reprendre un semblant de conscience et ne vit que du noir devant ses yeux. Il sentit cependant une présence chaleureuse autour de lui, celle de Leviathiah, la plus redoutable de toutes les sorcières. Il se calma avant même de pouvoir paniquer.

Il savait…

Il ne contrôlait plus ses mouvements, il vit son pied traverser la tempête puis le reste de son corps le suivre. La tornade ténébreuse ne lui faisait rien, Leviathiah était immunisé à son propre pouvoir ; elle était les ténèbres personnifiées.

Elle/il fit face à cet être abominable prince démon qui l’avait terrorisé jusqu’à la paralysie encore quelques instants auparavant. Cette fois, par contre, la présence de Lily dissipa la terreur, elle était détendue et confiante.

— Alors c’est toi qui contrôle maintenant ?

— Oui, ta force de volonté n’est pas assez forte pour me contenir. Lorsque deux âmes ne sont pas à même échelle, l’un prend le dessus. On ne peut même pas appeler ce processus une fusion, à vrai dire, j’ai juste occupé ton corps. Mais même ce dernier est incapable d’accueillir ma magie, il ne permettra malheureusement pas d’utiliser pleinement mes ressources.

— Mais, tu vas réussir ? Tu vas pouvoir le battre ?

— Puisque nous sommes liés, tu devrais déjà connaître la réponse, non ?

Il sourit, en effet il avait la réponse. Cet échange se faisait dans les pensées de Yumeki, dans son for intérieur. Son corps était différent, il le sentait : il était de nouveau transformé en femme.

— Alors c’est vrai, tu es vraiment la plus puissante des sorcières mais aussi la plus plate ? demanda-t-il pour plaisanter.

— Non, mais je te permets pas, espèce de pervers !! Meurs !! Crève dans la douleur !! Retourne au néant, sale cloporte putride !!! s’énerva aussitôt Leviathiah.

Après transformation, Yumeki avait pris la forme d’une belle femme caucasienne, à la longue chevelure rousse et aux yeux verts comme des émeraudes. Son visage était délicat, son corps mince et ses hanches marquées. Sa poitrine était inexistante, ce qui provoquait sa frustration.

Au niveau vestimentaire, elle portait un pantalon en cuir noir avec des cuissardes, qui montaient jusqu’à ses genoux, une chemise noire à jabots avec des de broderies et de pierres précieuses incrustées et par-dessus, une cape de soie cramoisie très élaborée. Elle était traits pour traits la même que sur l’illustration de la carte.

Soudain, elle se mit à frapper du pied et s’énerver tout seule, la veine de son front semblait prête à exploser. Personne ne comprit pourquoi.

Puis, se calmant, Leviathiah tendit sa main vers Linka et, sans aucune incantation, une sphère magique aux multiples couches défensives se forma autour d’elle. Cette protection était d’une complexité hors du commun, bien plus complexe que le cercle d’invocation du prince démon.

D’un mouvement élégant, elle tourna cette même main en direction de Baluder et une vague de ténèbres en jaillit.

Immédiatement, une barrière s’érigea devant le démon, une barrière aux symboles semblables à celles de Koharu mais en plus puissants.

Il savait que Leviathiah était née dans un village, de parents normaux, sans grandes ambitions.

Il savait que déjà toute petite son intelligence avait été au-delà de toutes les normes humaines, supérieure à bien des génies reconnus de son époque, elle avait été remarquée.

Il se souvenait qu’elle n’avait jamais été comprise et que tous avaient eu peur autant de ses pouvoirs que de son incroyable perspicacité.

Calmement, sans la moindre surprise, Leviathiah ouvrit son autre main et y fit apparaître une sphère magique aussi rouge que le sang. Alors qu’elle la tendit en direction du monstre, sans pour autant arrêter son précédent assaut, le sort prit la forme d’une gueule de monstre qui s’en alla dévorer la barrière magique de Baluder. Il s’agissait d’un « Shield Absorber », une attaque qu’elle avait élaboré pour vaincre en duel n’importe quel magicien.

À peine la protection disparue, la vague de ténèbres s’abattit sur le prince démon et désintégra une partie de son corps. Instantanément, les insectes au sol se rassemblèrent sur la plaie et la refermèrent à une vitesse folle.

Le démon vociféra à l’encontre de Leviathiah :

— Qui es-tu ? Quelle est cette magie noire qui m’est inconnue ?

Elle parlait la langue des démons contrairement à Yumeki, elle était capable de comprendre.

— Si tu ne connais pas les réponses à ces questions, c’est que tu ne mérites pas de les connaître. Seule la mort guérira ta stupidité et ton ignorance !

Le prince démon hurla sa rage et dévoila une gueule remplit d’une dizaine de rangée de dents noires pourries, ainsi qu’un gosier semblable à un puits sans fond.

Un rayon vert de plusieurs mètres de diamètres s’en extirpa et se dirigea vers la sorcière : il fit instantanément pourrir tout sur son passage, creusant même un sillon au sol.

Mais, malgré son écrasante puissance, il s’écrasa contre la barrière que Leviathiah venait d’ériger, une défense à plusieurs couches d’une complexité sans égal. Elle savait qu’elle ne tiendrait pas longtemps, ce rayon était capable de rayer de la carte un quartier entier mais elle avait un plan.

Il savait qu’elle avait été vendue par sa famille à un cercle de magiciens qui vivait non loin du village. Elle les avait rapidement dépassés et ils l’avaient trahie en la dénonçant à l’Inquisition.

Il savait qu’elle avait été forcée de les terrasser, elle l’avait fait sans mal, mais elle avait préféré quitter le village pour ne pas attirer plus de représailles et ne pas mettre en danger ceux qu’elle avait aimé.

Il se souvenait qu’elle avait détruit une partie du village pour que l’Inquisition ne les crût pas alliés à elle, elle avait été détestée et maudites par ces gens simples qui n’avaient pas compris ses intentions. Mais elle les avait protégé malgré tout.

Tendant ses mains devant elle, elle commanda à la magie de lui obéir :

« Zero viage! »

Son corps disparut alors que sa barrière céda, elle réapparut derrière Baluder.

« Void Apostel! »

Le corps du démon fut enveloppé par une orbe de ténèbres où se formèrent des symboles rouges puis un œil.

— Derknesse beionde tyme, ensele by tyrannye, swerde of origin, se mit-elle à incanter.

Six lames d’énergies de couleur cramoisie apparurent et s’abattirent sur la sphère, la transperçant de part en part.

Cette dernière se mit à tourner sur elle-même à la manière d’un vortex d’énergie alors que des volutes d’énergie rouge s’enroulèrent comme des rubans.

— Nothingness at-fore the lyht, obeiss mi! Bale Vortex!

Sur ces mots, la sphère se brisa et devint une colonne de ténèbres rugissantes, les volutes rougeoyantes embrasèrent le sol et les insectes qui s’y trouvaient.

L’attaque s’achevant, il ne restait plus rien d’autre que l’immonde tête démoniaque : elle avait été désintégrée, brûlée, gelée, broyée, le tout en même temps. Ce n’était pas la première fois que Yumeki assistait à une attaque de type [ténèbres], il était toujours étonné par l’absurdité de cet élément et de ses effets. Cette fois, le niveau de puissance était cependant bien au-dessus encore, il comprenait la réputation de cette sorcière.

Leviathiah avait cumulé plusieurs sorts les uns sur les autres en l’espace d’une fraction de secondes. Le Void Apostle était destiné à confiner les énergies, les lames à détruire les protections et barrières et le vortex à annihiler l’ennemi.

N’importe quel être vivant aurait connu sa destruction suite à ce redoutable combo de sortilèges et, pourtant, le prince démon était encore là, son aura de pourriture émanait toujours de sa carcasse qui se recomposa en un clin d’œil.

Il savait qu’elle avait travaillé pour des rois, des reines et des nobles en tout genre, on l’avait tolérée en raison de ses capacités uniquement, malgré ses modestes origines. L’Inquisition avait cessé de la poursuivre suite à ses échecs répétés.

Il savait qu’elle avait combattu des hordes de démons et de monstres en tout genre, qu’elle avait mené des centaines de batailles et perdu peu à peu son humanité pour devenir un outil sans émotions.

Il se souvenait qu’elle l’avait rencontré, lui, cet aventurier qui n’avait jamais eu peur d’elle, cette personne simple qui n’avait jamais pu suivre le fil de ses pensées mais avait percé à jour ce cœur qui demeurait impénétrable aux yeux de sa détentrice.

Koharu venait d’abattre le dernier démon du groupe de rock infernal. Elle avait assisté au déchaînement magique de Yumeki fusionné à Lily. Elle ne parvenait pas vraiment à saisir cette magie bien trop complexe même pour son œil démoniaque. Mais elle était persuadée d’une chose : cette sorcière rousse avait la puissance pour détruire Baluder.

Alors qu’elle l’observa, paralysée par sa puissance titanesque, la sorcière lui demanda :

— Koharu, peux-tu me gagner un peu de temps ? Une minute devrait suffire.

La princesse reprit ses esprits et hocha la tête. Immédiatement, elle descendit de l’estrade où elle se trouvait et fit face au prince démon Baluder dont le corps s’était déjà recomposé.

Leviathiah sourit légèrement alors que ses pieds quittèrent le sol, elle s’éleva dans les airs. Elle alla même jusqu’à se téléporter au-dessus de la salle de concert au-dessus de laquelle elle continua de flotter.

Elle joignit ses mains, forma des signes magiques avec ses doigts et se concentra.

Il savait qu’ensemble, ils avaient affronté et vaincu des dizaines de démons de haut rang, elle avait développé des pouvoirs si puissants que même ces derniers finirent par la craindre et abhorrer son nom.

Il savait que Leviathiah avait réussi à comprendre l’un des mystères de la Création, un élément que nul autre personne n’avait jamais dévoilé, pas même ces princes démons qui existaient depuis des éons. Elle avait développé des sortilèges au-delà de tout entendement mais elle n’avait que faire de la gloire, elle voulait vivre pour lui.

Il se souvenait qu’un jour, ils avaient affronté et vaincu un dieu du mal. Elle avait fait appel aux plus puissantes énergies cosmiques primordiales et avait effacé leur ennemi du livre de la Création. Mais le jeune homme avait succombé, elle avait plongé dans le plus profond désespoir.

« Mugen Destructive Slasher »

Alors que la tenue de Koharu se transforma en paillettes de lumière une nouvelle la recouvrit, bien plus colorée, bien plus proche d’une véritable tenue de magical girl.

Une chemise rose et blanche fermé par une cravate rouge avec des dentelles au bout des manches couvrait son haut, tandis qu’une jupe plissée rouge couvrait la moitié de ses cuisses. De lourdes bottes de cuir ferrées, aux diverses décorations gothiques enserrait le bas de ses jambes.

Enfin, sa queue de cheval latérale était à présent soutenue par un fermoir en forme d’étoile.

De toutes ses tenues, elle était celle qui augmentait le plus drastiquement sa force mais au détriment de sa protection. Ses barrières magiques devenaient peu résistantes et la contraignait à adopter une stratégie purement offensive.

— J’arrive ! annonça-t-elle en chargeant son adversaire.

Elle bondit dans les airs à une hauteur de quelques mètres et fit apparaître entre ses mains une épée démesurée, une longue lame de trois mètres de long et d’un mètre de large. En un contre un contre un te l adversaire, elle ne pouvait lésiner sur les moyens : Baluder était trop puissant et résistant, bénéficiant en plus d’une régénération incroyable.

Elle devait frapper vite et fort pour que ses efforts servissent à quelque chose.

Lorsque son épée heurta la barrière défensive de Baluder, le choc projeta en arrière Koharu.

Sans toucher le sol, elle prit appui sur une petite surface magique semblable à une barrière et réitéra sa charge ; elle porta un coup circulaire, exactement au même endroit qu’auparavant, mais l’épée ripa dessus en produisant des étincelles.

Koharu tourna sur elle-même, porta un coup de pied, toujours au même endroit, et parvint finalement à faire voler la défense en éclats. Malgré sa complexité extrême, la force brute de Koharu demeurait une capacité sur laquelle se reposer.

Profitant de cet instant, elle abattit sa lame et découpa de haut en bas le corps pustuleux du démon. Elle connaissait bien leur anatomie et les manière de les combattre, elle avait été éduquée pour ce faire, elle qui était pourtant une princesse. Jadis, elle avait été considérée comme un génie militaire.

Aussi, à peine son attaque porta qu’elle bondit dans les airs le plus rapidement possible. Elle avait vu venir la contre-attaque sournoise de son ennemi : de la plaie suppurante jaillit un tentacule composé d’insectes qui essaya vainement de l’attraper.

La plaie se referma, Baluder tourna sa tête vers Koharu et demanda dans la langue infernale :

— Ne serait-ce pas l’autre ratée ? Hahaha ! Qu’espères-tu contre moi ? Tu penses que je n’ai pas compris votre stratégie, peut-être ?

Ce langage était commun à Nazery, même parmi le peuple. D’une manière ou d’une autre, ce langage s’était même imposé en guise de langue diplomatique, tous les royaumes l’utilisaient lorsqu’il était question de négocier avec les démons.

Koharu ne répondit pas à la provocation, elle savait que c’était également un stratagème. Yumeki croyait en elle, ces paroles ne la touchaient plus à présent.

Baluder exulta une aura verte comme la peste, un gaz lourd qui avait la capacité de colporter toutes les pires maladies existantes et qui était, de surcroît, assez acide pour dévorer en quelques secondes un corps humain.

Alors que cette vague pestilentielle fondit sur la jeune princesse, elle érigea une barrière de protection, la plus solide qu’elle pût mettre en place avec sa tenue actuelle.

Sans accorder de répit, Baluder utilisa immédiatement un sortilège et tira cette fois sur la sorcière en pleine incantation ; un faisceau noir et vert transperça le plafond et se dirigea vers elle.

Leviathiah ne brisa pas sa concentration, sa barrière défensive passive se dressa ; elle ne tiendrait que quelques secondes, tout au plus. Yumeki, de par l’accès aux connaissances de Leviathiah, savait que sa synchronisation avec la magie était telle qu’elle disposait d’une protection magique permanente, sans avoir à sciemment y recourir. Même si elle était faible comparée aux autres protections complexes qu’elle était capable d’ériger, elle ferait l’affaire puisque Koharu était là.

Tout comme Yumeki avait accès à ses souvenirs, elle scrutait également les siens. Il connaissait la loyauté et intégrité de la princesse et la grande confiance qu’il lui accordait. Elle fit de même.

La voix de Leviathiah commanda à la Volonté Universelle, elle avait presque achevé son incantation :

« Prynsess of destruction who liuien between the rewme of tyme,

Lusten min voys, obeiss to the wel of magic laws,

Immure thy lere inside min words and ensile thy brethe within min spell… »

Il savait qu’elle avait bravé l’interdit, qu’elle avait franchi vivante les portes d’outre-monde grâce à sa redoutable magie qui commandait aux lois de la Création, des dimensions et des mondes.

Il savait qu’elle avait arraché celui qu’elle aimait des griffes de la Faucheuse et l’avait ramené des royaumes sans retour.

Il se souvenait qu’elle lui avait avoué son amour et qu’il l’avait accepté. Ils avaient vécu quelques temps ensemble, traversant le monde et s’aventurant là où nul n’était jamais allé.

La jeune princesse voyait sa barrière s’effriter toujours plus, elle n’avait pas envie d’attendre le moment où elle disparaîtrait. Elle leva son épée au-dessus de sa tête et, de toutes ses forces, elle l’abattit devant elle.

Une violente onde de choc créée uniquement par la violence démesurée de son coup fondit sur le démon et ouvrit un couloir au sein de ce gaz. L’onde s’écrasa contre la barrière magique de Baluder, comme attendu. Sans tarder, Koharu saisit l’opportunité : elle fonça droit devant elle, son corps dégageait une vapeur magique de couleur rouge :

« Unlimited Kenmai », cria-t-elle juste avant d’atteindre son ennemi.

Sa lame gigantesque prit la teinte du sang, elle se mit à vibrer et émettre un son strident. Koharu perça la barrière sans mal, sa lame s’y enfonça comme dans du beurre. Aussitôt, elle enchaîna à une vitesse fulgurante une série d’attaques, chacune d’elles portant sa force prodigieuse.

Les chairs du démon furent tailladée à nouveau, son sang blanc visqueux fut projeté en tout sens. Puis, Koharu planta son arme dans le sol moisi et une violente explosion d’énergie vint conclure sa technique martiale.

Elle-même fut projetée en arrière, soufflée par ses propres forces magiques. Elle s’écrasa sur ce qui restait de la scène et renversa bruyamment la batterie démoniaque des Diabolic Waiters.

Devant elle, un champ de ruine, de la fumée et des débris. L’UDS était dans un piteux état, heureusement il s’agissait d’une projection dimensionnelle à l’intérieur d’un kekkai.

— À toi de jouer, Oniichan…, dit-elle à moitié couchée, un sourire satisfait sur les lèvres.

Cette fois, le combat ne se conclurait pas de la même manière, elle en était sûre, elle voulait le croire !

Le corps de Baluder entra à nouveau en phase de régénération, c’en était absurde même pour des créatures surhumaine comme Koharu ou Leviathiah. Y avait-il quoi que ce fût qui pouvait l’empêcher de revenir à la vie ?

Mais, le prince démon avait subi de lourds dégâts. La chaleur produit à l’épicentre de l’explosion dont il avait été victime avait été telle qu’elle demeurait encore. Les lombrics qui composaient Baluder grillaient sur place, ils avaient du mal à s’agglutiner, ce qui retardait la régénération.

Baluder leva son regard sur la sorcière, il était déjà trop tard :

« Now and forever, Ich ordre the Nyght of Creation to annihilate min feend.

Weorld decline yis min wel!

Yseghoth, Tynsil Iugement! »

Il savait qu’elle avait atteint ses limites, son corps n’avait pu supporter les énergies mystiques qu’elle y avait canalisé tout au long de ses combats ; son sortilège déicide n’était pas fait pour être détenu par une humaine. De plus, elle avait gardé de son voyage tabou dans les royaumes mortuaires des séquelles inexorables.

Il savait qu’elle n’avait pas regretté un instant son acte : pour celui qu’elle aimait, elle aurait bravé à nouveau l’interdit jusqu’à son réduire son âme en miettes.

Il se souvenait qu’elle était morte dans ses bras, qu’ils s’étaient promis de se rejoindre dans l’éternité mais qu’elle était revenue sans raison sous forme de carte, sa mémoire fragmentée mais sa fierté intacte. Depuis lors, elle n’avait trouvé plus aucun intérêt à ce monde. D’une certain manière, elle avait projeté son propre couple sur Yumeki et Linka et elle avait fini par les aider.

À cet instant, la sphère noire qui s’était formée entre ses mains s’avança lentement devant elle : des symboles mystiques s’y inscrivirent et se mirent à tournoyer à l’intérieur ; des écritures dans la langue divine, un fragment des paroles de la Création qui avaient défini le monde. Yumeki les reconnaissait.

Un œil s’y forma également puis, soudain, six rayons jaillirent de la sphère et s’abattirent autour de Baluder. Ils formèrent un hexagramme au sol, tandis que six piliers plus noirs que les ténèbres, aussi vides que le néant s’élevèrent.

Devant leurs yeux s’accomplissait l’ultime hérésie, le pire des tabou, l’anathème commandé par le dieu des dieux. Et c’était une humaine qui le proférait malgré sa nature imparfaite et fragile. Son regard était vide, on ne pouvait y lire ni haine ni pitié, elle était le vaisseau d’une puissance supérieure.

Un dôme d’une énergie cramoisie s’érigea entre les piliers, il palpita, ondoya, attira à lui toutes les ombres et la lumière environnante. Une phrase s’inscrivit tout autour de la sphère dans le même langage qui inspirait plus de terreur que d’admiration.

Ce fut au tour du bruit de disparaître, plus aucun son n’existait autour de cet tabou. C’est une explosion silencieuse d’énergie du néant qui se produisit, les vents qui s’en dégagèrent envahirent tout le kekkai tet un typhon infernal. Ce dernier vibra, craquela, il paraissait insuffisant à supporter les énergies qui agissaient à cet instant.

Une barrière protectrice apparut autour de Koharu, Linka et Yumeki, c’était Leviathiah qui les avait créées ; elles étaient nécessaire à leur survie.

La sphère devant Leviathiah implosa et une gigantesque gueule se forma au sein de l’explosion ; elle était pleine des crocs qui précédaient le monde, avant le Big Bang ; son haleine était celle des temps immémoriaux.

Les mâchoires se refermèrent sur Baluder, pendant un instant tout disparu : les spectateurs se crurent eux-mêmes emportés dans ce vide qui précédait toute vie.

Puis, tout revint à la normale. Il ne demeurait un vaste trou béant si profond qu’il s’enfonçait dans les ténèbres des profondeurs. Autour de ce dernier, des décharges électriques crépitaient, des flammes noires dansaient, les gouttelettes d’eau et débris tombaient vers le haut et des cristaux de glaces se formaient de-ci de-là. Les lois physiques normales étaient totalement perturbées.

Leviathiah avait attaqué le corps principal du démon à travers la brèche, elle l’avait désintégré à tout jamais sans aucune chance de retour.

— Alors, c’est ça l’attaque capable de détruire des dieux ? demanda Yumeki à la sorcière d’une voix qui peinait à sortir de sa gorge.

— Non, ce n’est qu’un fragment. Ton corps ne l’aurait pas supportée. Je n’affrontais pas un dieu, juste un prince démon immobilisé : c’était suffisant.

Même si Yumeki savait tout cela grâce à la fusion, il ne put s’empêcher de déglutir. Sa psyché était si complexe, son intelligence si incroyable, qu’il n’avait finalement perçu que la partie émergée de l’iceberg. Leviathiah était sincèrement incroyable, il nourrissait un immense respect pour elle.

Mais il savait que même si son cerveau était celui qu’un être supérieur son cœur était celui d’une femme normale et sensible ; c’était sa dichotomie personnelle.

— Merci pour ton aide, nous n’y serions jamais arrivés sans toi !

— Je le sais bien ! Par contre, ne le refais plus jamais ! Même s’il ne s’agissait pas de l’Exterminateur de dieux, le sort que j’ai utilisé à l’instant a perturbé le biorythme de ton corps et réduira ton espérance de vie à n’en point douter. Je n’ai pas demandé ton consentement, je savais que tu étais d’accord. Tu es un homme incroyablement stupide… comme lui

Il ne put s’empêcher de sourire dans sa projection psychique, même si c’était un triste sourire. Il lui manquait terriblement.

En effet, il aurait consenti à ce sacrifice pour sauver Akihabara et ses amies. Au fond, ils étaient pareils tous les deux, des égoïstes qui pensaient d’abord à leurs proches qu’au monde dans son ensemble, tout deux prêts à tout sacrifier pour voir le sourire sur les visages de leurs amis plutôt qu’à s’inquiéter d’eux-mêmes.

— Tu es aussi idiote que moi…

— Je ne te permets pas ! protesta-t-elle en croisant les bras. Ainsi s’achève ta quête, je vais me reposer. Transmets mes salutations aux deux miss, espèce de coureur de jupons. Et ne me dérange plus jamais !

Avant que la fusion ne s’interrompit, il sentit son indignation et son inquiétude : il ne devait pas courir deux lièvres à la fois, c’était outrageux ! Mais Yumeki n’en courait aucun, il se le répétait encore alors qu’il tomba à terre et que sa conscience s’affaiblit.

— Merci infiniment… Leviathiah… le plus généreusement égoïste des sorcières…, furent ses dernière pensées avant de fermer les yeux.

Pour les personnes normales, le combat n’avait jamais eu lieu : ils venaient d’assister au concert des Diabolics Waiter et demandaient un « encore ! » en hurlant de toutes leurs forces. Mais le rideau s’était refermé sur une scène où ne gisait qu’une jeune princesse endormie au milieu des caisses d’une batterie ; il n’y aurait pas de « encore ! ».